Sixième Prière extraite
de « Marie Reine des Martyrs »

 

O

h ! Mère, la plus affligée de toutes les mères, il est donc mort votre Fils, ce Fils si aimable que vous chérissiez si tendrement ! Vous pleurez et vous avez bien raison de le faire. Qui pourra jamais vous consoler ? Il n’est point de consolation pour vous si ce n’est dans la pensée que Jésus, par sa mort, a vaincu l’enfer, qu’il a ouvert aux hommes le paradis qui leur était fermé, qu’il a fait la conquête d’un si grand nombre d’âmes. Du haut de sa Croix comme du haut  d’un trône il régnera sur d’innombrables cœurs, qui, subjugués par son amour, le serviront avec amour. Laissez-moi donc, ô Mère, approcher de vous pour pleurer avec vous,  puisque j’ai bien plus sujet que vous de verser des larmes amères sur toutes les offenses que j’ai infligées à votre Fils. Oh ! Mère de miséricorde, par la mort de mon Rédempteur et par les mérites de vos souffrances, j’espère mon pardon et le salut éternel de mon âme.

Ainsi soit-il.

 

 

PDFtélécharger en PDF...